Total: 1 itemsDisplaying: 1 - 1 items
  • Histoire

    Ploërdut vient du breton « plou » (paroisse) et de saint Eltud ou saint Ildut, grand saint gallois né vers 444.

    Ploërdut est une paroisse primitive créée au VIème siècle qui englobait autrefois les territoires actuels de Ploërdut (avec sa trêve Locuon), Langoëlan (avec sa trêve Le Merzer), Lignol (avec sa trêve Saint-Yves).

    De nombreux lieux tels que Moustoir, Moustoir Babu, Moustarlé, … témoignent de l’existence d'une ancienne communauté monastique. A l'époque féodale, plusieurs seigneuries règnent sur le territoire de Ploërdut, dont celle de Lorans Le Moyne (l'un des trois conjurés de l'affaire de Pontcallec), demeurant au manoir de Barac'h et exécuté à Nantes en 1720.

    La commune de Ploërdut devient chef-lieu de canton en 1790, avant d'être rattachée au canton de Guémené-sur-Scorff. En 1853, bien que faisant partie de la commune de Ploërdut, la trêve de Locuon devient à son tour une paroisse à part entière. A noter que Locuon est mentionné dès 1423 dans les archives de la principauté de Rohan-Guémené.

    On rencontre les appellations suivantes : Ploeredut (en 1427), Ploredust (en 1448), Ploredut (en 1448), Ploereduc (en 1464), Ploerduc (en 1481), Ploeredut (en 1514), Ploerdut (en 1536).

    Les Celtes n'ont laissé à Ploërdut ni tumulus, ni dolmen, ni menhir connus. Les Romains ont fait passer dans le voisinage la voie de Carhaix à Castennec, et ont couvert le pays de petits camps retranchés. Les Bretons arrivent ici au VIème siècle et y implantent leurs usages et leur langue. En souvenir de l'abbé saint Iltut, mort vers 520, ils se mettent sous son patronage, et constituent le Plo-Iltut, devenu plus tard Ploiredut et Ploërdut. Les villages portent tous des noms bretons.